Le dessin implique une concentration sans faille. Comme à l'aquarelle, les retouches sont impossibles. Le blanc est celui de la toile. Les gris et les noirs se composent par couches successives et on ne peut revenir en arrière à la différence de la peinture où on peut alterner clair et foncé à l'infini.

Tout est réalisé à l'aérographe avec une peinture acrylique plus ou moins diluée, l'outil idéal pour son autonomie de plusieurs heures et son amplitude variant de la plume la plus fine au gros tag dans le même mouvement.